Tableaux Anciens, Modernes et Contemporains

Mardi 26 Janvier 2021 à 14h

Lot 20
Jean Baptiste COSTE (1746-1819) Nantes, la place de la Liberté, 1791. Huile sur toile signée et...

Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791....
Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791....
Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791....
Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791....
Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791....

Jean Baptiste COSTE (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791.
Huile sur toile signée et datée " J. B. Coste. pinxit l'an 2 eme de la liberté. 1791 " en bas à gauche
73 x 97 cm (rentoilage, petite restauration)
Provenance:
- François Mellinet, député de la Convention
- Anne François Mellinet, général
- François Gabriel Charles Mellinet
- conservé dans la descendance depuis l'origine
Bibliographie:
- Ph. Hervouët, Nantes de mémoire de peintres, reproduit p. 31 avec légende erronée

Peintre de paysages né à Marseille, Jean Baptiste Coste se lie d'amitié avec Jacques Louis David à Paris et Mathurin Crucy à Nantes. Architecte de l'opéra Graslin, ce dernier lui demande de seconder le parisien Jean Bougon pour la réalisation des décors de scène.

Sous ce ciel pommelé, les personnages grouilles, l'activité est désormais visible dans ce quartier autrefois hors les murs. La colonne au centre de la place est toute récente. Érigée en 1790, elle est financée par dix-neuf architectes nantais qui souhaitent ainsi perpétuer le souvenir des grands travaux effectués à Nantes sous le règne de Louis XVI. En effet, les mottes Saint André et Saint Pierre qui bordent la place sont aplanies en 1720 formant une promenade reliant la Loire et l'Erdre, nommée cours des États. Les premières plantations datent de 1763.
La colonne est commandée au sculpteur Jacques Lamarie. Le 24 juin 1790, jour de la pose de la première pierre, est également célébrée la cérémonie du pacte fédératif. Face à ses événements révolutionnaires, le projet de coiffer la colonne d'une statue de Louis XVI est abandonnée. Crucy charge alors Lamarie de réaliser un monument glorifiant la Liberté, jamais réalisé. Il faut attendre la Restauration pour voir la colonne surmontée d'une sculpture de Louis XVI. D'abord le projet aujourd'hui disparu de Debay en 1814. Puis celui de Dominique Molkneckt en 1822. Friable, sa sculpture a été remplacée par un exemplaire en pierre dure en 1926-27 par Georges Perraud.

L'Hotel d'Aux est bâti sous la direction de Jean Baptiste Ceineray, architecte voyer de la ville de Nantes et prédécesseur de Crucy. Construit de 1771 à 1774 pour le marquis René Louis d'Aux, le bâtiment sert ensuite de résidence aux préfets de 1800 à 1828. Seront ainsi accueillis l'empereur Napoléon le 9 août 1808, le duc d'Angoulême en 1814 et 1817, le duc de Bourbon en 1815, la duchesse d'Angoulême en 1823. Il sert ensuite à l'administration militaire.

Estimation : 8 000 € à 10 000 €
Adjugé : 14 000 €

L'Hôtel des Ventes de Nantes
Couton Veyrac Jamault
8-10 rue de Miséricorde
44000 Nantes
Tel : +33 (0)2 40 89 24 44
Fax : +33 (0)2 40 47 09 99
E-mail : contact@encheres-nantes.com
 Afficher le plan